Mesure des ondes électromagnétiques par l'association

Informations et aide à la protection qui passent par des mesures des pollutions électromagnétiques

Normes d’exposition en France

mesure-cemLe seuil légal d’exposition aux champs électromagnétiques des antennes-relais est fixé, suivant la bande de fréquence des antennes à:
  • -41 V/m pour la téléphonie mobile à 900 MHz
  • -58 V/m pour la téléphonie mobile à 1 800 MHz
  • -61 V/m pour la téléphonie mobile UMTS

 

 

 

 

Les normes officielles en France concernant l’exposition aux champs électromagnétiques sont fondées sur les normes préconisées par l’ICNIRP (Commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants) en 1998 dans son « Guide pour l’établissement de limites d’exposition aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques ».
Ces valeurs limites ont été établies pour une durée de 6 minutes, donc en fonction des effets immédiats que peuvent avoir les champs électromagnétiques sur la santé humaine.
Elles tiennent compte des effets thermiques (en rapport avec l’augmentation de la température des tissus humains due à l’exposition aux ondes hyperfréquences)  des ondes électromagnétiques sur la santé. Elles ne tiennent par contre pas compte des effets athermiques qui surviennent à des expositions bien plus faibles.

 

Certains experts préconisent des valeurs limites d’exposition bien inférieurs à celles en vigueur actuellement en France:
D’après le rapport Bioinitiative (synthèse de plus de 1500 travaux de recherche, édité en 2007), une valeur limite de précaution de 0.1 µW/cm² (c’est-à-dire 0.614 Volts/mètre) devrait être adoptée pour l’exposition du public aux champs électromagnétiques de haute fréquence compte tenu des effets de ceux-ci sur la santé.

On peut lire à ce sujet dans le résumé de ce rapport Bioinitiative :

« Une valeur limite de précaution de 0.1 μW/cm2 (c’est à dire 0.614 Volts par mètre) devrait être adoptée pour ce qui concerne l’exposition extérieure et cumulative aux MO/RF (ndlr : champs électromagnétiques de haute fréquence). Cela tient compte de l’état des connaissances et relève d’une politique de santé publique prudente qui devrait être établie pour l’exposition ambiante aux MO/RF pulsées dans les endroits où les populations vivent, travaillent, et vont à l’école.
Ce seuil concerne l’exposition du corps entier, et il peut s’agir d’une exposition chronique dans les lieux de couverture sans fil pour la transmission du son et des données pour les téléphones mobiles, les pagers, les PDA et les autres sources de rayonnement par radiofréquences. Bien que quelques études et des recueils d’information sur le terrain fassent état de problèmes de santé relevés à des niveaux plus faibles, cette nouvelle limite pourrait cependant dans l’immédiat suffire à diminuer le risque pour les populations soumises aux expositions les plus disproportionnées. »

 

Certains pays ont d’ailleurs adopté des seuils d’exposition inférieurs:

  • Comté de Salzbourg en Autriche: 0,6 V/m
  • Luxembourg: 3 V/m.
  • Suisse: 4, 5 ou 6 V/m en fonction de la technologie utilisée.
  • Pologne, Italie, Chine, Russie: 6 V/m.

 

Plus d’informations concernant les effets biologiques des ondes électromagnétiques hyperfréquences sur la santé:

Les effets des champs électromagnétiques de haute fréquence sont de deux types :

-Les effets thermiques :

Les champs électromagnétiques de haute fréquence (ou radiofréquences) provoquent à partir d’une certaine intensité de champ une augmentation de la température du corps humain. L’échauffement est un phénomène naturel, on le rencontre notamment en pratiquant un sport ou en s’exposant au soleil… La capacité de thermorégulation du corps compense naturellement la hausse de température jusqu’à une certaine limite. Lors d’une exposition à un rayonnement trop puissant, la capacité de thermorégulation du corps est insuffisante et des conséquences sur la santé  apparaissent. Le seuil de danger est atteint lorsque le rayonnement électromagnétique provoque une augmentation de température de 1 à 2 °C de la température corporelle. Les organes mal irrigués par le sang dans lesquels la chaleur se dissipe difficilement présentent un risque plus grand.
Par contre, les effets thermiques des ondes électromagnétiques sont mis à profit comme dans le cas du four à micro-ondes par exemple.

-Les effets non-thermiques :

Les effets non-thermiques sont des effets biologiques qui apparaîtraient à des niveaux d’exposition non thermiques (donc plus faibles), pour lesquels le corps peut réguler sa température, donc sans augmentation de  température mesurable. Ces effets ne sont donc pas dus à un échauffement.